irina-botea-bucan-it-is-now-a-matter-of-learning-hope-2014-video-courtesy-of-the-artist-1-copy

Irina Botea Bucan, It is now a matter of learning hope (2014), avec l'aimable autorisation de l'artiste

01_redrawing-the-lines_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

11.10.2022–08.01.2023

Redrawing the Lines

Avec :

Matei Bejenaru, Irina Botea Bucan, Dani Ghercă

Vernissage : 09.10.2022, 14:00

Vous pouvez retrouver Matei Bejenaru & Irina Botea Bucan parlent de leur travail avec notre conservatrice Brenda Guesnet ici.

De l’ère coloniale à nos jours, l’Europe s’est longtemps perçu comme étant « l’Ancien Continent » : berceau des civilisations les plus anciennes et les plus importantes, destiné à conquérir et subjuguer les autres. Cette notion de permanence s’oppose à une histoire européenne marquée par une fragilité territoriale, ainsi que par des changements fréquents de frontières et des remises en question de sa propre identité. Les guerres, les luttes de pouvoir et les mouvements politiques ont dessiné et redessiné les lignes du continent d'innombrables fois jusqu’à former la Communauté européenne telle que nous la connaissons aujourd'hui. La Roumanie a rejoint l'Union européenne il y a quinze ans dans le contexte de l’expansion géopolitique de cette-dernière et parmi les derniers états à avoir intégré dans l’Union, à la suite d’un long processus initié en 1993. La Roumanie fait également partie de la limite orientale de l'UE, située aux frontières de la Moldavie et de l'Ukraine. La position périphérique présumée du pays est néanmoins aussi une position stratégique : géographiquement, ainsi qu’au vu de son potentiel de marché et de sa richesse en ressources naturelles, parmi lesquelles le pétrole, l’or, l’argent, l’uranium et des capacités hydroélectriques. L’accession roumaine à l’UE a eu un impact signifiant sur la transition du pays vers une économie capitaliste à l’issue de 42 ans de règne communiste, ainsi que sur la totalité des états-membres de l’Union.

« Redrawing the Lines » (Redessiner les lignes) présente des œuvres des artistes Matei Bejenaru, Irina Botea Bucan et Dani Ghercă qui réfléchissent à la transition post-communiste de leur pays, en mettant l'accent sur les changements politiques et socio-économiques provoqués par l'adhésion de la Roumanie à l'UE. Alors que les artistes répondent de manière humoristique et critique aux spécificités de la Roumanie sur son chemin vers une démocratie mondiale capitaliste, l'exposition invite le public à voir en ces œuvres une universalité et à les revisiter dans le contexte d'événements actuels marquants — dont la guerre en Ukraine, la montée d’idéologies nationalistes et d'extrême droite à travers le monde, l’explosion du coût de la vie et la crise énergétique. Les installations de Matei Bejenaru remettent en question la construction du langage et de la production capitaliste, alors que Dani Ghercă se concentre sur les conditions de vie et les infrastructures sociales à travers ses photographies. Les œuvres vidéo d’Irina Botea Bucan sont une interrogation critique de la politique identitaire et propose des gestes de résistance et d’espoir. Cette exposition pose essentiellement deux questions : quelles sont les lignes que nous nous sommes engagé•es à préserver, et quelles sont les lignes que nous souhaitons redessiner dans le futur ?

« Redrawing the Lines » est curatée par Daniella Géo et organisée en collaboration avec SwitchLab, Bucarest. Ce projet culture est cofinancé par l’Administration du Fonds Culturel National de Roumanie (Administrația Fondului Cultural Național – AFCN). Ce projet ne représente pas nécessairement l’avis de l’Administration du Fonds Culturel National de Roumanie. L’AFCN n’est pas responsable pour le contenu du projet, ni pour l’utilisation ultérieure de ses résultats. Cette responsabilité revient entièrement aux bénéficiaires.

02_redrawing-the-lines_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

03_redrawing-the-lines_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Matei Bejenaru, Enlarged Clothing, 2004-2005, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

04_redrawing-the-lines_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

05_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Matei Bejenaru, Enlarged Clothing, 2004-2005, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

06_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

07_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

08_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Irina Botea Bucan, Before a National Anthem, 2009, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

09_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Irina Botea Bucan, Before a National Anthem, 2009, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

10_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Matei Bejenaru, Impreuna / Together, 2007, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

11_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Matei Bejenaru, Speaking 6, 2004/2022, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

12_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Matei Bejenaru, Enlarged Clothing, 2004-2005, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

13_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Matei Bejenaru, Enlarged Clothing, 2004-2005, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

14_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Matei Bejenaru, Speaking 6, 2004/2022, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

15_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

16_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

17_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Dani Ghercă, Tunnels and Pipes (Triptych 1), 2013, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

18_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

19_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

20_redrawing-the-lines_foto_lola-pertsowsky

Vue de l'exposition, Redrawing the Lines, © IKOB - Museé d'Art Contemporain, Photo: Lola Pertsowsky

DANI GHERCĂ (né en 1988, Bucarest, ROU) vit et travaille à Bruxelles. Ses photographies grand format sont une réflexion sur la transition actuelle vers une nouvelle phase de la conscience humaine, dont nous ne saisissons pas encore pleinement la portée. Entre 2010 et 2019, avant de commencer sa pratique artistique actuelle, il se consacra à plusieurs projets pour documenter les changements sociaux et économiques qui résultent de la révolution roumaine et de l’adhésion du pays à l’UE. Les principaux thèmes de ses travaux antérieurs sont les groupes marginalisés qui vivent dans un réseau de tunnels souterrains sous Bucarest (« Tunnels and Pipes » 2011–2015), ou la désintégration des zones résidentielles de la classe ouvrière en Roumanie (« A Diagram of Utopia » 2014–2017). Ghercă a étudié la photographie à l’Université Nationale des Beaux-Arts de Bucarest.
Ses œuvres ont été exposées notamment au Museo ICO de Madrid, à la Tate Exchange de Liverpool, au Essl Museum de Vienne et au MNAC de Bucarest, entre autres.

IRINA BOTEA BUCAN (née en 1970, Ploiesti, ROU) travaille dans un cadre méthodologique symbiotique artiste-éducatrice-chercheuse, qui remet constamment en question les représentations sociopolitiques dominantes et met l’accent sur l’autonomie humaine et non-humaine comme porteuse de signification. La performance, la remise en scène, les castings simulés, les éléments du cinéma direct et du cinéma vérité se conjuguent dans sa pratique artistique. Les œuvres sont créées dans un processus de collaboration, qui intègre les participant•es au projet. Pendant ce temps, son rôle de cinéaste alterne entre observation, réflexion, participation et performance. Elle enseigne actuellement à la School of the Art Institute of Chicago (depuis 2006) et est doctorante à la Goldsmiths University de Londres. Ses œuvres ont été exposées, entre autres, à la 55e Biennale de Venise, au Festival International Film Festival Rotterdam, au New Museum à New York City, au MUSAC (Musée d’art contemporain de Castille et Léon), au Centre Georges Pompidou à Paris, à la Galerie Nationale du Jeu de Paume à Paris, à la Kunsthalle Winterthur, au Reina Sofia National Museum de Madrid, à la Biennale de Gwangju 2010, à la U-Turn Quadriennale de Copenhague, à la 51e Biennale de Venise, à la Biennale de Prague, au Kunstforum de Vienne, à la Foksal Gallery à Varsovie, au Argos Center for Art and Media à Bruxelles, au MNAC (National Museum of Contemporary Art) de Bucarest, ainsi qu’au Museum of Contemporary Art de Szczecin.

MATEI BEJENARU (né en 1963, Suceava, ROU) est un artiste visuel qui travaille entre photographie, film et performance. Il vit et travaille à Iași, en Roumanie. Ses projets analysent comment le savoir technologique, la production économique, les mentalités et les modes de vie ont évolué dans les pays postcommunistes au cours des trois dernières décennies. Ses œuvres ont été exposées, entre autres, à la Tate Modern de Londres, à la Biennale de Taipei, au Drawing Room de Londres, au Western Front à Vancouver, ainsi qu’au MNAC (National Museum of Contemporary Art) de Bucarest. Matei Bejenaru a été professeur invité à l’Université du Québec à Montréal (2011–2012). De 2012 à 2013, il a été artiste associé au Kettle’s Yard Art Center de Cambridge. Il a dirigé la Periferic Biennial for Contemporary Arts entre 1997 et 2008 et, depuis 2015, occupe le poste de directeur artistique du Center for Contemporary Photography à Iași, en Roumanie.